Je ne perds plus mon temps à râler: Résolution Optimizi #1

La semaine dernière, j’ai regardé de plus près combien je passais de temps à râler dans une journée. Bien sûr il y a des journées exceptionnelles, dans lesquelles on note des circonstances exceptionnelles, ou des personnes particulières. En fait je me rends compte qu’on trouve toujours une “bonne” excuse ou un bon coupable pour justifier de cette perte de temps.

Et puis, tout le monde râle. Dans mon quartier, un chat traîne tous les jours. On l’a surnommé “Chavapa”, il râle tout le temps, après la météo, le froid, la vie, la faim… que sais-je? Les oreilles baissées, l’oeil triste il s’installe, regarde les gens ou le paysage et proteste. Mais c’est un chat et il a du temps à perdre, c’est son occupation quotidienne.

Voici une définition du verbe râler: Manifester son mécontentement, sa mauvaise humeur par des plaintes, des récriminations, protester, grogner, maugréer, ronchonner.

Est-ce que tout va si mal pour qu’on passe autant de temps à ronchonner?

Vous allez voir que les buts recherchés et les bénéfices récoltés ne méritent pas un si grand investissement de temps et d’énergie. Arrêtez dès aujourd’hui de gaspiller votre temps à râler, c’est plus facile qu’il n’y parait.

Vous pouvez économisez votre temps, en passant moins de temps à râler

Pourquoi passe-t-on tout ce temps à râler?

Les principales “bonnes raisons” de ronchonner sont: soit par réflexe ou bien par choix.

Par réflexe

En effet, il est courant de râler “naturellement” sans s’en rendre compte… surtout si l’on est Français. Il paraît que c’est dans notre culture et notre éducation de ne relever que les choses négatives, les défauts ou les erreurs.

Par exemple, que ce soit à l’école ou dans les médias, on traque les fautes et les trains qui arrivent en retard. Pire encore, en tant qu’auditeur on ne recherche que ce type d’infos!

Mais pourquoi?

Par simple habitude

Et oui, tout simplement. C’est une addiction (réversible).

Pour protéger nos acquis, notre bien-être.

La peur du changement, de l’inconnu et le risque de perdre ce que nous avons, peut nous pousser à râler par anticipation, par protection.

Pour faire comme les autres

Ainsi on peut se fondre dans “l’ambiance” générale“… je dirais plutôt la morosité générale.

Par confort

Il est plus facile et reposant de se mettre dans la position passive de celui qui critique que dans la peau de celui qui agît, et qui en prime essuiera les critiques!

Parfois, on utilise notre temps à râler par choix ou par stratégie.

Pour demander de l’aide ou du soutien

C’est parfois une façon de demander de l’aide ou de l’attention.

Pour se rendre interessant

Ronchonner et critiquer est un sujet de conversation qui permet d’avoir son quart d’heure de gloire à la machine à café… ou au moins un peu d’attention de la part des collègues.

Certains se classeront dans la catégorie “humour” mais il faut avouer que les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Donc je vous conseille de le manier avec parcimonie!

D’autres râleront car ils en ont fait leur positionnement marketing, leur signe distinctif… oui, oui c’est possible. On nous claironne à longueur de journées qu’il faut se différencier. Ceux-là ont choisi l’étiquette “râleur de service”.

Parce qu’on est résignés, on passe notre temps à râler

Comme une forme de protestation timide, discrète, passive et “sans risque” (comme le livret A).

Pour argumenter notre point de vue et rallier du monde

Les messages de mauvaises nouvelles et le “tous pourris” font vendre dans les médias mais aussi dans les causes politiques ou devant les machines à café.

Il est possible d'économiser du temps en arrêtant de passer son temps à râler.

Et ça marche? Quel est le bénéfice de passer du temps à râler.

Quand on liste les raisons pour lesquelles on râle, on ne peut que se rendre à l’évidence : ce sont toutes des mauvaises raisons.

Parce que réellement, le résultat est discutable. En fait, Il faut se rendre à l’évidence ce n’est vraiment pas très efficace.

A l’énergie déployée, le retour sur investissement est franchement mauvais.

Les bénéfices de râler par réflexe:

Que ce soit par habitude, pour protéger notre bien-être, pour faire comme les autres ou par confort, ronchonner vous prend beaucoup de temps.

En général, on fuit la présence des râleurs pour ne pas nous miner le moral, les autres feront la même chose avec vous si vous ronchonnez.

Le résultat et le risque sont donc: l’isolement, le repli sur soi (on rumine), aucune protection supplémentaire, l’ennuie et la monotonie!

Les intérêts de choisir de râler

Si vous râlez pour demander de l’attention ou de l’aide, c’est un moyen peu efficace. L’écoute de vos interlocuteurs sera bloquée par l’agressivité du message.

De la même façon, adopter une position de râleur de service pour se rendre intéressant est un calcul à court (voire très court) terme. Au risque de voir les gens s’éloigner de vous, cette stratégie ne vous apportera pas l’effet escompté.

De même, entraîner des gens pour râler ensemble vous conduira tout droit à l’étape suivante. Ils râleront ensuite après vous! Effet boomerang garanti.

Vraiment, arrêtez de gaspiller votre temps en ralant, je n’ai trouvé aucun interêt valable sur le moyen ou long terme!

J’ai même plutôt trouvé un bonus obtenu en arrêtant de ronchonner.

Passer son temps à râler implique de faire la gueule également. Il se trouve que pour faire la tête on sollicite beaucoup plus de muscles que pour sourire. Donc en économisant votre temps vous économisez également de l’énergie!

Economisez votre temps en passant moins de temps à râler

Comment j’arrête de ronchonner

Je vous entends d’ici: “bon ok sur le papier: il faudrait moins râler… mais pas si simple à faire dans la vraie vie”

Bien sûr on ne supprime ni complètement, ni du jour au lendemain un réflexe ancré si profondément. Mais le changement ne pourra venir que de vous. Cela nécessitera donc, c’est vrai un effort (plus ou moins important) de votre part.

? A lire aussi: N’attendez pas que tout aille mieux pour devenir Optimiste.

Je lance la chasse aux râleries

Pour commencer, il faudra s’entraîner à repérer ces moments perdus pour commencer à les esquiver.

Je développe mon radar à ondes positives

En parallèle, on s’appuie sur les choses positives que l’on croise au quotidien pour minimiser les négatives. Plus on s’apitoie sur ce qui nous met en rogne, plus on a l’impression qu’il nous en tombe dessus!… Soyons objectifs et n’oublions pas de comptabiliser les choses positives !

Changez de point de vue. Le principe est de voir un verre à moitié plein plutôt qu’un verre à moitié vide dans chaque situation.

J’agis au lieu de râler

L’étape suivante est d’agir au lieu de râler.

Dans chaque situation qui nous met en rogne, on s’entraîne à trouver quelque chose à faire pour contourner, modifier ou laisser faire cet évènement, sans râler.

Je change de lunettes pour regarder ce qui m’entoure

N’attendez pas après les autres, la météo ou l’univers pour être heureux. C’est vous qui décidez dans quel état d’esprit vous souhaitez passer vos journées et le reste de votre vie.

Râler ne rend pas heureux.

Troquez vos “lunettes de râleur” pour des lunettes qui vous font voir la vie en rose. Votre quotidien ne se transformera pas pour autant en “vie idéale au pays des bisounours”. Rassurez-vous, vous garderez tout de même les pieds sur terre.

C’est une question d’état d’esprit et pas de circonstances extérieures.

Donc, pour ne pas gaspiller tout votre temps à râler, inversez la tendance, profitez du moment présent et de ce que vous offre la vie.

On positive et on ne rumine pas.

Pour cela, relativisez et essayez de trouver du positif autour de chaque pépin qui vous tombe dessus.

Je relâche mon niveau d’exigence

Afin de supprimer quelques sources de râleries, acceptez que tout et tout le monde ne peuvent pas être parfaits!

La solution est peut être de faire comme mon fils de 5 ans qui dit à tout bout de champ “mais c’est pas grave”…. et qui passe à autre chose.

En résumé, si l’on recense toutes les “bonnes excuses” avancées habituellement pour justifier nos râleries, on conclut assez vite à une perte de temps.

Je pense qu’il est donc important de repérer ce comportement pour le minimiser et le remplacer par des actions plus efficaces.

Utilisez votre temps passé à râler, pour quelque chose de plus rentable et de plus serein.

Vous aimez cet article? Epinglez-le sur Pinterest.

Les autres articles du blog sont ICI

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.